Dans la pratique des arts martiaux, il est souvent fait référence au style. Ainsi on appellera certains Taiji quan de style Hao, Chen, Yang, Sun, Wu, etc. Il en va bien souvent de même pour le Bagua zhang ou le Xingyi quan ou tout autre art martial populaire. De notre point de vue occidental, il est évident que le terme de « style » ou « forme » ne pose aucun problème et que par conséquent ne fasse pas non plus l’objet de recherches plus approfondies.

 

Lorsque les chinois s’expriment quant à leur pratique, ils parlent de Yang shi, Hao shi, qui peut se traduire par style Yang, style Hao. Mais évoquent-ils un style ou autre chose ? Comme on le sait, le chinois mandarin est la langue que les chinois utilisent pour communiquer entre eux, bien que les dialectes régionaux soient toutefois privilégiés. Attardons-nous un peu sur deux caractères homophones que sont 式 ( le style, la forme, l’apparence d’une chose ) et 氏 ( le clan, la famille, la lignée de même sang ). Les chinois, toutes régions confondues, emploient ces deux caractères afin de définir leur pratique. Ils pourront ainsi dire 郝氏太极拳 aussi bien que 郝式太极拳 ( les deux expressions se prononcent de la même manière : Hao shi Taiji quan ), certains n’y voyant même aucune différence car la prononciation est exactement la même en mandarin, pinyin et tonalité, le quatrième ton pour être précis.

 

Comment devrions-nous alors traduire en français cette légère nuance style-clan ? En Occident, la convention a été établie depuis longtemps, le terme de « style » ou « forme » nous est tellement familier qu’il serait malvenu de changer. Cependant les puristes s’attachant aux origines des évènements et des courants ne peuvent pas se satisfaire aveuglément des dogmes. Il leur faut donc savoir que le caractère氏 a été utilisé bien avant le caractère式 qui apparaît celui-ci plus fréquemment au début du 20ème siècle, probablement à cause de la popularisation des arts martiaux chinois en Chine. En effet le caractère 氏 fait référence à une famille, un clan dirigé par un patriarche, instaurant la multitude de règles et lois qu’on peut imaginer dans le but de protéger les siens et garder les secrets entre ses murs, mode de vie très traditionnel avant l’ouverture forcée de la Chine par les Occidentaux au milieu du 19ème siècle. Le caractère 氏 conviendrait donc davantage aux puristes que le caractère 式.

 

De nos jours, avec la modernité, plus aucun pratiquant ne s’attarde réellement à ce genre de détail linguistique et emploie sans état de conscience 氏, 式, style ou forme. Depuis la révolution culturelle orchestrée par Mao dans les années 60, la tendance n’est plus à la terminologie mais véritablement à la redécouverte de ces arts ancestraux du combat à main nue ou armée. Les pratiquants chinois, bien que très férus de littérature chevaleresque, resteront donc en harmonie avec leur temps et emploieront sans offenser leurs ancêtres le vocabulaire qui leur correspond le mieux.

 

 

Article paru également sur le site TAIJIQUAN WU HAO, de Yohan Radomski et Grégory Cros.

Le style ou le clan ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *