Pour apprendre le Tai chi, il faut commencer par les enchaînements, appelés Tao lu (套路)ou Tao (套)en chinois. On commence par un enchaînement simple et court, souvent une dizaine de formes (ou mouvements) que l’on effectue maladroitement. Cela fait partie du processus d’apprentissage. La première étape pour le débutant est de se souvenir de tous les mouvements et l’ordre dans lequel les faire (à ce sujet je me permets de vous proposer un lien vers une vidéo à la fin de cet article, n’oubliez pas de cliquer dessus si vous avez le temps !) Passé cette étape, c’est là que le travail de gong fu (ou kung fu – 功夫) – le perfectionnement d’une activité par la correction et l’expérience – commence. On appliquera petit à petit les principes qui nous paraissaient incompréhensibles auparavant.

L’appétit intellectuel

Lorsqu’on aura appris un Tao lu et qu’on l’aura expérimenté pendant un an ou deux, il est possible qu’on éprouve une certaine lassitude. C’est à ce moment-là qu’on va commencer à regarder s’il n’y a pas d’autres enchaînements, avec d’autres mouvements. C’est très normal de procéder de la sorte. J’appelle cela l’appétit intellectuel. On éprouve le besoin de nourrir son cerveau en nouveautés.

C’est également à ce stade-là qu’on limite son gong fu (ou kung fu – c’est-à-dire la profondeur de sa compréhension dans une activité) sans s’en rendre compte. En effet, à vouloir chercher de la nouveauté sur un temps très court (2 ans dans les arts martiaux c’est très court) on ne fait que pratiquer ce que certains appellent du « tourisme martial« , ce genre de pratique reste surfacique, un complément secondaire, voire tertiaire à sa vie de tous les jours. Bien sûr, on ne peut demander à personne de penser arts martiaux, manger arts martiaux, dormir arts martiaux …

Le tourisme martial n’est en fait qu’une distraction de plus dans la société consumériste, cela apporte certes une satisfaction psychologique (sous forme d’exutoire) sur le court terme mais cela ne permet pas de comprendre réellement pourquoi on a choisi de pratiquer cette activité plutôt qu’une autre. Le conseil d’un ami ? Les recommandations de la voisine ? Une discussion à 10h24 à la machine à café du bureau ? C’est comme ça qu’on devient curieux et qu’on se dit : « Si j’essayais moi aussi ? »

Très bonne démarche qui est également constructive …

… Mais ensuite ?

Les objectifs

On peut pratiquer un art martial en ayant plusieurs objectifs – je ne parle pas de raisons ici mais d’objectifs, beaucoup plus créateurs de motivation – qui sont :

1 – le savoir et les connaissances culturelles

2 – le combat

3 – la voie spirituelle

4 – le bien-être

Cette liste n’est pas exhaustive et chacun de ces 4 objectifs est en complément des 3 autres. Vous remarquerez aussi que je n’y intègre pas l’objectif de la santé pour la simple raison que ceci est intrinsèque aux arts martiaux. Si votre unique objectif est d’être en bonne santé, pourquoi choisissez-vous donc les arts martiaux pour l’atteindre et non pas le yoga ou la natation ? C’est bien qu’il y a un objectif caché derrière votre choix d’étudier les arts martiaux, n’est-ce pas ?

Retournons le problème : si vous pratiquez les arts martiaux chinois et que vous êtes encore en mauvaise santé, où avez-vous donc pu vous tromper dans l’apprentissage ? Mais ce thème est hors-sujet aujourd’hui …

Un seul enchaînement dans ma pratique ?

Tout le monde ne se ressemble pas et ce qui suit est uniquement mon avis personnel. Je ne connais que 3 enchaînements de Tai chi, 2 du style Yang : le 24 formes (forme dite de Pékin) et la forme de mon école en 9 formes ainsi qu’un Tao lu du style Chen en 18 formes. Ajouté à cela les 5 éléments du Xing Yi Quan que je pratique de manière isolée ou enchaînée et un enchaînement de Qi gong – Les 8 pièces de Brocart ou Ba Duan Jin – et voici en tout et pour tout l’état de mes connaissances dans les formes. Je considère ces formes comme des outils d’études permettant d’approfondir des savoir-faire et des savoir-être.

Cependant, je possède aussi plusieurs respirations stratégiques, l’utilisation de Dan Tian, l’enracinement et diverses forces internes à ce jour. Ces 4 choses, je les ai apprises grâce à mon maître Jiao Yu – 矫羽 – et ces quelques outils d’entraînement. C’est pourquoi je ne m’ennuie jamais, même avec peu de Tao lu.

 

« Les Tao lu sont semblables à des bouteilles vides que l’on peut remplir et vider de différents ingrédients.

Ces ingrédients sont les principes des arts martiaux. »

 

Considérons les Taolu comme des outils d’études pouvant être utilisés de manière diverses au même titre qu’un stylo pouvant écrire des mots, tracer des lignes ou faire des dessins. Tout ceci n’est alors qu’une question d’objectifs. Voyons-en quelques uns.

Objectif : le savoir et les connaissances culturelles

Si votre objectif est d’entrer plus profondément dans le vif culturel alors, oui, il vous faudra connaître plusieurs Tao lu, peut-être même expérimenter plusieurs styles. Un Tao lu peut être considéré comme une partie de l’encyclopédie d’un style particulier, un chapitre plus précisément. Il contient énormément de références culturelles et historiques (prenons l’exemple de Peng dans le style Yang qui révèle un bouclier dans une main et une arme dans l’autre) c’est pourquoi si tel est votre objectif, vous apprendrez plusieurs enchaînements, à mains nues ou armées. On pourrait penser que cet objectif est surfacique, artificiel. Il n’en est rien. Au contraire, connaître une multitude de formes revient à avoir une bibliothèque remplie de livres plus intéressants les uns que les autres. Votre appétit de collectionneur est tout autant honorable que celui d’un combattant, d’autant plus si cela vous apporte satisfaction sur le long terme.

Objectif : martial

Un Tao lu ne prépare pas à la psychologie ni aux réflexes nécessaires au combat. Pour cette même raison, croire que l’on peut utiliser TEXTO les formes d’un Tao lu dans un vrai combat est complètement irrationnel et voue la personne à un échec certain, physique et psychologique.

Le Tao lu prépare cependant votre corps, le construit pour être plus fort, plus souple, plus résistant, plus sain. Dans cette direction, le Tao lu sera pratiqué avec force au Dan Tian, force dans les jambes, le bassin et la colonne vertébrale. Les armes corporelles (mains, coudes, épaules, tête, hanches, genoux, pieds – souvent nommés les 7 étoiles) suivront un mode opératoire couplant ou alternant souplesse / rapidité / force / lenteur / percussion / etc. L’intention subira une « complète tension émotionnelle » (pour reprendre les mots de Bruce Lee dans un de ses films – Enter the Dragon – dont la traduction était en français) qui aidera le regard à se fixer sur un point à attaquer tout en gardant à l’esprit le reste de l’environnement, c’est le même couple regard/intention que l’on trouve chez les prédateurs en chasse dans la nature – proches de nous : les chats. Voilà quelques uns des principes (il en existe bien d’autres) à mettre en œuvre dans un enchaînement si l’objectif est martial ; si l’objectif est le combat.

Objectif : spirituel

Un Tao lu ne permet pas de devenir un Bouddha, d’obtenir la Voie ou d’être le nouveau Gandhi. C’est l’autodiscipline qui permet cela, marcher sur le chemin des Grands Personnages de l’Histoire spirituelle humaine. De plus, il vous faudra probablement sacrifier quelques pans de votre vie comme les distractions inutiles, les objets parasites ou l’activité sexuelle. Si votre objectif est avant tout spirituel (à ne pas confondre avec le bien-être qui signifie simplement se sentir bien) c’est la vie monastique et une certaine ascèse qui vous attend. Très peu d’entre nous sont prêts à vivre cela pendant plus d’un an ou deux. Cela ne veut pas dire que c’est impossible. Si vous n’avez pas d’enfant, que vous n’êtes pas marié ou en couple, que vous n’avez personne à part vous même à charge, qu’est-ce qui vous retient de vous lancer dans ce mode de vie si tel est votre désir ? Dans la pratique qui nous intéresse, il est tout à fait possible pour vous de vivre en Chine en étant dans « les ordres » pour étudier la spiritualité associée aux arts martiaux. Beaucoup l’ont déjà fait (exemple : Karine Martin, cliquez ici pour connaître son parcours) avant vous et le feront après vous.

Objectif : bien-être

Vous sentez-vous fatigué de vivre ? Stressé par votre boulot, votre vie de famille, les transports ou votre solitude ? Sachez que pratiquer le Tai Chi peut vous apporter la paix et la joie, au moins durant le moment où vous vous exercez avec d’autres pratiquants. De ce fait, il vous permet de garder un lien social (non seulement grâce aux différents clubs dans lesquels vous pouvez pratiquer mais aussi lors d’exercices à 2), ce qui est vital pour contrer la solitude, par exemple. Le seul fait de devoir rester concentré sur le moment présent annihile à ce moment-là le stress créé par votre vie de tous les jours. Votre objectif de bien-être avec le Tai Chi Chuan devient donc réel à partir du moment où vous faites une pause avec votre vie quotidienne. Avec de l’entraînement, vous pourrez garder cette sérénité plus longtemps et ainsi « l’exporter » de votre séance hebdomadaire pour « l’importer » au travail ou à la maison. C’est d’ailleurs un Tai Chi sur objectif de bien-être qui est souvent pratiqué en occident. Se vider la tête des problèmes, voilà ce qu’on entend souvent.

Le conseil

Les arts martiaux chinois ont cela de formidable qu’ils peuvent s’adapter à chaque âge, sexe ou morphologie. Pour certains, il sera plus important de connaître des dizaines de Tao lu, pour d’autres un seul suffira. Les Maîtres dignes de ce titre se doivent néanmoins être bien plus raffinés dans leur pratique et vastes dans leurs connaissances que la plupart des gens. Cependant, pour l’Humain du 21ème siècle qui apprécie les arts martiaux chinois, voici un bon conseil qui ne doit pas tomber dans l’oreille d’un sourd : « Ne pratiquez jamais à l’aveuglette ; gardez toujours vos objectifs en ligne de mire. »

 

Cliquez sur ce lien vers la vidéo Youtube : tutoriel de mémorisation des 24 formes du style Yang.

 

 

Est-il nécessaire de connaître beaucoup d’enchaînements dans le Tai chi ?

Et si vous postiez un commentaire ?

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Subscribe  
Me notifier des