Depuis quelques mois, par intermittence, je pratique le combat libre de façon informelle dans un parc avec mes amis chinois et Maître Jiao Yu. Cet exercice est indispensable pour comprendre les notions de base du combat. L’œil néophyte verra en cette forme de boxe un simple combat qui oppose deux personnes qui se tapent dessus. Mais la personne avertie saura analyser les stratégies des combattants, déterminer les qualités et les défauts de chacun.

Lao Li et Yan Ge

Le format du combat libre est assez flou car comme son nom l’indique, il est libre. Il n’y a pas de limite de temps, pas d’obligation de porter un protège dent voire même parfois un casque sur la tête. On doit porter des gants car la règle unique est de respecter son adversaire, c’est-à-dire faire preuve de morale. Si l’un d’entre nous combat avec un plus faible que lui, il portera moins ses coups que s’il combat avec quelqu’un d’un niveau approximatif. Se blesser soi-même peut arriver, mais on doit voir immédiatement si l’on a blessé l’autre et arrêter le combat. Il nous arrive malgré tout de taper dur parfois car ne l’oublions pas, il s’agit de pratiquer le combat réel afin d’en tirer les connaissances nécessaires.

Si on parle de format, la boxe anglaise est très claire, il est interdit aux combattants de toucher certaines parties du corps et le temps de chacun des rounds est limité à 3 minutes. Le seul fait d’avoir autant de règles piège en quelque sorte le combattant et le conditionne à un seul style de combat s’il n’est pas conscient qu’il s’agit d’un cadre. C’est pourquoi le MMA est si populaire en ce moment. Les règles y sont moins nombreuses qu’en boxe anglaise. Et aussi, bien que ce sport de combat paraisse brutal et sauvage, il réunit à lui seul un nombre impressionnant de techniques et de stratégies et nécessite une excellente condition physique.

Combat face au redoutable Yang Guang

Au niveau amateur et surtout en situation informelle (dans un parc avec des amis comme c’est notre cas), le système est très loin du monde des professionnels mais n’en est pas pour autant inintéressant. On arrange les règles à notre sauce, toujours dans le respect de l’adversaire et de l’art du combat. Ainsi il n’est pas rare qu’on dépasse les 5 minutes lors d’un round par exemple ; le premier des deux adversaires qui se sent à bout de force averti l’autre qu’il met un terme au round.

Après quelques combats et l’analyse de mes lacunes par mes amis et mon maître, je vois petit à petit un certain progrès dans la défense, la stratégie, parfois les attaques et les déplacements. L’outil indispensable à une meilleure compréhension de ses lacunes est la preuve vidéo. Dès lors qu’on a une vidéo, on peut revoir à l’infini et analyser ainsi ses qualités et ses défauts et apprendre des autres.

Da Shi Xiong s’entraînant

 Mes conseils (de débutant ^^) aux amis qui veulent pratiquer en amateur est de :

1- avoir un œil extérieur critique. Les amis, le public, le prof, le maître. Ils sont tous là pour nous aider.

2- filmer systématiquement chacun de ses combats. Cela fait progresser beaucoup plus vite.

3- noter un maximum sur un petit cahier d’entraînement (ou peu importe le nom que vous donnez à votre cahier de notes)

Le chemin vers la connaissance est très long, on peut même dire qu’il n’a pas de fin. Comme le dit Tyler Durden dans Fight Club : « This is your life and it’s ending one minute at a time. » (Ceci est ta vie et elle s’éteint d’une minute à chaque instant) Cette réplique signifie que si vous êtes passionné par quelque chose, faites-le à fond dès que vous en avez l’occasion. Analyser vos lacunes, vos progrès et transmettez votre expérience quand elle sera suffisamment solide. C’est ce que fait Maître Jiao Yu, organisateur de cette activité combat dans le parc Tian Shan à Shanghai.

Maître Jiao Yu pratiquant avec Da Shi Xiong

Mon message ici est pour les amis pratiquants d’arts martiaux. Le réveil de la communauté martiale chinoise est en œuvre suite à l’affaire Xu Xiaodong VS Leilei. On veut continuer à voir du traditionnel mais adapté au combat réel. Un art martial dépourvu de combat violent avec ou sans protection est vide sens ; on peut même dire qu’il est déraciné. J’entends par « violent » le fait que les coups soient portés avec force. Il ne s’agit pas d’une simple démonstration de taolu à deux (même si cela aussi est une des parties qui forment un art martial).

Pour finir, voici ma vision de l’art martial complet, peu importe son nom :

1- comporte une partie taolu (ou kata) simple et à deux

2- comporte une partie combat indispensable (avec coups portés) avec et sans protection

3- comporte une partie santé, médecine, remise en forme et fitness (médecine orientale et occidentale)

4- comporte une partie connaissances historiques et philosophiques (occidentales et orientales)

5- comporte un lien à la spiritualité (pour les plus hauts niveaux)

J’aimerais dire enfin que par mes piètres prestations lors des combats de boxe dans le parc avec mes amis – qui sont bien plus forts que moi – je suis sur le chemin de l’essence des arts martiaux. Une fourmi au pied d’une montagne haute comme l’Everest mais qui ne cesse de grimper chaque minute toujours un petit peu.

Combat de tigres opposant à gauche Yang Guang et à droite Maître Jiao Yu

Débutant en combat libre
Share

5 pesnées sur “Débutant en combat libre

  • 25 mai 2017 à 12 h 10 min
    Permalien

    Article très intéressant.
    Je suis d’accord (pour ce que vaut mon avis, cad pas grand-chose) avec les composantes d’un art martial complet. Manque peut-être une partie renforcement, assouplissement, que ce soit de façon interne ou en externe.
    Les liens pour la première et la dernière photos sont brisés.

    Répondre
      • 26 mai 2017 à 15 h 06 min
        Permalien

        Je voulais à l’origine joindre la vidéo dont les photos sont extraites mais elle était trop lourde. Je compte bientôt faire une chaîne Youtube grâce à laquelle je complèterai le contenu de ce site.

        Renforcement, assouplissement. Oui, sans aucun doute à intégrer à l’art martial. Merci pour la remarque !

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share