Qu’est-ce que le Taichi ?

Le Taichi (太极拳), aussi appelé Tai Chi Chuan, ou boxe du Grand Faîte, est un art martial chinois interne. Cette boxe est caractérisée par des mouvements très lents grâce auxquels le pratiquant mime des actions de combat. Pour le moment, on ne connaît pas très bien l’origine de cette boxe chinoise. Il existe plusieurs mythes et hypothèses quant à sa création.

Un nom est très souvent associé au Taichi : Zhang Sanfeng (张三丰). Ce personnage à moitié mythique à moitié légendaire est apparu sous la dynastie des Ming entre le 13e et le 14e siècle. Il serait le créateur de cette boxe du Grand Faîte. Mais à la fin du 20e siècle, il a été démontré que ceci n’était peut-être qu’une croyance. Zhang Sanfeng et la création du Taichi ne serait peut-être qu’un mythe. Il existe plusieurs hypothèses plus réalistes à propos de la création du Taichi. La première hypothèse serait que l’on attribue la création du Taichi à Wang Zongyue (王宗岳), un personnage de la dynastie Qing entre 1644 et 1911. L’association chinoise de Wushu pense que Wang Zongyue est à l’origine de la transmission à Chen Jia Gou (陈家沟), le célèbre village du Henan (河南省). La deuxième hypothèse, la plus tangible, serait que cet art martial interne fut créé à Chen Jia Gou par Chen Wangting(陈王廷). En effet les premières traces vérifiées de cet art martial apparaissent à la fin des Ming, dynastie qui a contrôlé la Chine de 1368 à 1644, dans le célèbre petit village du Henan.

Le Taichi présente différents styles. Les styles classiques sont Chen (陈氏), Yang (杨氏), Wuhao (郝氏、武氏), Wu (吴氏)et Sun(孙氏). Il existe aussi beaucoup de styles plus modernes dont on entend de plus en plus parler, tels que Taichi qi gong, Wudang Taichi ou autre Taichi de Shaolin, etc. Selon moi, ces nouveaux styles de Taichi ont été fabriqués pour le besoin du grand public de notre époque moderne. Ces besoins représentent principalement la nécessité de se maintenir en bonne santé. Malgré que l’on soit dans ce cas très loin de ce qu’on appelle art du combat, le Taichi est néanmoins un art martial car il propose des techniques de blocage, des techniques de frappe, l’utilisation des armes telles que l’épée ou le sabre et regroupe dans un enchaînement appelé taolu les mouvements de base de cet art. Ceci est un travail individuel mais il existe un travail à deux appelé tuishou, vulgairement nommé mains collantes.

Jusqu’à présent, le tai-chi fait l’objet de nombreuses études notamment dans le domaine de la santé et de la médecine.

Question : Le tai-chi est-il utile en combat ?

Réponse : Oui. À condition que l’adversaire n’ai reçu aucun entraînement. S’il s’agit de votre voisin qui n’a jamais fait de sport de sa vie, s’il s’agit d’un automobiliste en colère qui ne reconnaît pas sa faute ou s’il s’agit d’un client mécontent dans un marché, bref le genre de personne qu’on appelle communément citoyen lambda, alors oui peut-être que le Taichi vous sera utile en combat afin de calmer la foule et d’empêcher une bagarre ou une joute verbale. À notre époque, le pouvoir guerrier et dévastateur du Taichi comme il nous l’est présenté dans les films n’est qu’une illusion. Lisez la suite.

Réponse : Non. Maintenant, au 21e siècle, une époque plus numérique que jamais, les arts de combat violents sont légions ainsi que les vidéos à disponibilité du public. On parle de MMA, de free fight, de self defense, de combat de rue, etc. Il n’est pas rare de trouver un club vous apprenant à vous battre près de chez vous, que ce soit pour vous défendre ou pour la compétition. Il est très fréquent aussi de rencontrer de plus en plus de gens bodybuildés ou ayant subi un entraînement au combat. Une autre chose déterminante est la psychologie des combattants. Une personne ayant l’habitude d’être confrontée à un adversaire aura plus de confiance en elle qu’une personne habituée à s’entraîner seule et pratiquer ses taolu. Le tai-chi a peut-être eu son heure de gloire au combat, même s’il n’y a pas vraiment de faits historiques prouvant ceci, mais avec l’arrivée de la science du combat moderne, l’ancien art martial chinois a perdu énormément de sa notoriété guerrière.

Question : À quoi sert le tai-chi ?

Si le tai-chi n’est foncièrement pas utile en combat, il est cependant très utile pour la santé. C’est d’ailleurs dans cette direction que sont menées les recherches scientifiques. On peut donc réfléchir à cette problématique : Comment un art martial est-il devenu un art de santé ? La première explication qu’on pourrait croire serait de dire que au cours de l’histoire on a largement vanté les mérites de cet art. Autrement dit, on en a exagéré la puissance. La deuxième chose serait de penser que cet art était effectivement très puissant face à des citoyens non instruits. Ajoutez à cela le secret bien gardé et les générations suivantes ont contribué à former la légende de cet art.

Les arts martiaux ont toujours été associés avec l’entretien de la santé. Cela est très logique puisqu’il faut une bonne santé pour se battre et qu’il faut des arts de guérison derrière une guerre. On parle ici de santé préventive et de santé corrective ou de soins. Le seul fait de faire du sport, de faire des mouvements simples ou complexes, est connu de tout temps comme étant bon pour la santé. Ne dit-on pas que bouger peut prévenir des maladies cardio-vasculaires ou de l’obésité ?

Après un combat, pendant lequel le corps a été traumatisé, chaque sportif va subir une séance de relaxation, de massage afin de récupérer de ces traumatismes. Il y a un grand secret là-dedans qui est la place du Taichi dans le monde du combat. La plupart des gens considèrent le Taichi comme étant bon pour la santé mais d’une manière préventive. Les recherches concernant les soins grâce à cette pratique n’en sont qu’au stade de l’étude. Il est effectivement très compliqué de conseiller à une personne atteinte d’un cancer d’aller faire du Taichi plutôt que des séances de chimiothérapie. À l’heure actuelle, ceci serait considéré comme étant du chamanisme inconscient et non de la médecine moderne. Mais dans le monde du combat, le Taichi est aussi préventif que correctif, il permet de récupérer plus vite après un combat.

Le Taichi en prévention

Le Taichi permet d’augmenter l’activité cérébrale, de protéger et renforcer les articulations, permet une meilleure régulation du système cardio-vasculaire, permet d’avoir une meilleure compréhension de son équilibre au sens mécanique du terme mais aussi au sens mental, permet d’être plus souple, améliore la filière aérobique c’est-à-dire l’oxygénation des muscles lors d’efforts sur une longue durée, augmente la force et l’enracinement, permet de prendre conscience de toutes les parties de son corps.

Le Taichi en soin post-combat

Après un combat, le Taichi permet d’outre passer les courbatures, permet de calmer son excitation, permet de retrouver un rythme cardiaque normal, fait bouger de façon calme les articulations meurtries par les chocs, fait descendre la tension psychologique, fais circuler l’énergie et le sang plus harmonieusement. Ce qui me permet de dire cela est mon expérience. Je pratique régulièrement le Taichi dans un but préventif mais aussi de soin après les combats que je mène. C’est ce qui me permet de dire que le Taichi est un excellent outil pour améliorer ses performances au combat mais aussi s’octroyer le droit à un rétablissement plus rapide.

 

La juste valeur du Taichi

Pour les personnes qui désirent se maintenir en bonne santé, le Taichi est un excellent moyen d’y arriver. Pour les combattants qui désirent récupérer plus vite après leur combat ou même se préparer physiquement, le Taichi est aussi un excellent moyen. Le Taichi n’est donc pas un art de combat mais plutôt un art totalement complémentaire au combat. Voilà comment considérer le Taichi à sa juste valeur. Il peut vous maintenir en bonne santé, il peut également vous soigner (gardez comme priorité l’avis des professionnels de la santé tout de même) et il peut même vous préparer physiquement au combat (enracinement, élaboration d’un capital/patrimoine interne – que beaucoup appellent « Qi », développement de la force dans les parties profondes du corps) mais en aucun cas il peut être utilisé au combat dans l’état actuel des choses. En ce début de 21e siècle, l’heure est à la méfiance de l’illusion véhiculée par les légendes et les histoires édulcorées et à la revisite des arts anciens afin de les adapter à notre mode de vie moderne.

 

 

Enregistrer

Comment considérer le Taichi à sa juste valeur ?
Share

2 pesnées sur “Comment considérer le Taichi à sa juste valeur ?

  • 19 juin 2017 à 13 h 23 min
    Permalien

    Merci Mathieu pour cet article, comme toujours pondéré et très bien renseigné.
    Tu ne vends pas du rêve, mais tu es très objectif dans les faits que tu instruis.
    Etant moi-même pratiquant de Taichi depuis une décennie, et d’arts martiaux internes depuis bientôt trente ans, avec une solide base d’externe en Jiu Jitsu lors de ma jeunesse, je me permets de petites remarques concernant ton article:
    – Je ne crois pas que le Taichi (pour le peu de connaissance que j’en ai) enseigne les blocages, même s’il forme à une unité corporelle qui permet de repousser un adversaire en toute circonstance. Bien au contraire, c’est l’art extrême de la fluidité, qui permet d’épouser le mouvement de son partenaire pour lui restituer sa propre force. C’est en ce sens qu’il peut paraître « magique » à un très haut niveau, mais c’est certainement la voie la plus longue et la plus ingrate pour prétendre avoir une quelconque efficacité en combat. Si votre but dans la vie est de savoir vous défendre ou vous battre, n’importe quel art martial traditionnel correctement enseigné, sera plus rapidement efficace que le Taichi. Cela ne veut pas dire que le Taichi n’a pas d’efficacité martiale. Loin de là!
    Mais comptez au moins 20 ans de pratique assidue si vous ne faites que ça.
    – La principale raison pour laquelle le Taichi est efficace en combat, c’est que c’est l’art martial ultime de l’attention dans la décontraction. Si donc, vous parvenez à augmenter votre bagage martial par une capacité d’écoute et de suivi, en toute circonstance, des évènements qui vous arrivent, votre niveau dans l’art que vous maîtrisez, augmentera drastiquement.
    Mais, le temps nécessaire à cet apprentissage, le fait que c’est un art qu’on démarre en général sur le tard, et que sa philosophie vous apporte essentiellement écoute, adaptabilité et tolérance, font que les artistes talentueux en Tai Chi Chuan, devenus des taoistes honorables, n’éprouvent simplement plus du tout le besoin de rentrer en conflit avec leurs semblables et sont passés maîtres dans l’art d’éviter le combat.
    C’est , je pense, le but ultime de tout art martial bien compris, et en ce domaine, le Tai Chi est bien plus efficacement rapide que la plupart de ses congénères.
    Ceci n’est que mon avis personnel, et toute critique est d’ores et déjà acceptée.

    Répondre
    • 19 juin 2017 à 15 h 31 min
      Permalien

      Merci pour ce commentaire enrichissant, Vincent. C’est en effet dommage que très peu de jeunes se laissent tenter par le long chemin du Taichi. Ca se comprend cependant, car désormais il est possible de tout avoir en peu de temps. Qui voudrait encore se risquer à arpenter une voie qui dit d’emblée que c’est après 10 ans de pratique que tu pourras prétendre à la réelle initiation ? Malheureusement, je crois que le nombre de vrais maîtres de cette pratique diminue de plus en plus vite car 1) ils sont déjà très vieux et 2) ils sont restés discrets jusqu’à être de parfaits inconnus. Ce qui me fait dire que certains maîtres que l’on admire actuellement sur Internet ne sont peut-être pas les gens qu’ils prétendent être. Mais je suis peut-être trop méfiant, non ?

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share