Ciel et Mont, la culture du corps et de l'esprit

Aujourd'hui, beaucoup de gens ...

Aujourd’hui, vous êtes beaucoup à pratiquer une activité de remise en forme (ou de maintien de la forme) 

telle que le Yoga, la méditation, la cohérence cardiaque, le Taichi, le Qi gong, les arts martiaux.

ET C’EST GÉNIAL !!

C’est vraiment super que vous vous intéressiez de plus en plus à votre santé, comprendre comment cette

formidable machine qu’est le corps fonctionne dans un environnement social et spirituel.

Alors, au fur et à mesure qu’on progresse dans la pratique, on approfondit ses connaissances bien entendu.

Les questionnements viennent. Petit à petit…

« Comment faire pour mieux être ancré au sol ? » se diront les pratiquants de Taichi.

« Comment éliminer ces mauvaises tensions dans les épaules ? » se demanderont les pratiquants de Qi gong.

« Comment unifier le corps et l’esprit ? » question qu’une majorité d’entre nous se pose.

« Si les coups pleuvent pendant un match, comment rester debout ? » réfléchira le pratiquant d’art martiaux.

Le point commun qui relie ces questionnements, 

c’est l’enracinement qu’on appelle encore l’ancrage au sol.

Les Chinois appellent Zhan zhuang (prononcez Djann djouang) les méthodes qui répondent à ces questions.

Zhan Zhuang ?

Il suffit de mentionner une pratique en particulier pour que vous compreniez tout de suite de quoi il s’agit. 

Si je vous dis : « posture de l’arbre ! »

Vous dites : « Ah mais oui !  Je connais. »

Soit vous pratiquez déjà, soit vous en avez déjà entendu parler. Dans le cas contraire, voici ce que c’est.

La posture de l’arbre est un exercice de posture debout  issue des arts martiaux traditionnels chinois – du Yiquan, pour être précis – popularisée par le Grand Pratiquant Wang Xiang Zhai (王芗斋 1885 – 1963).

Souvent confondu avec la seule posture de l’arbre, Zhan Zhuang est en fait le nom d’une méthode très complète d’ancrage au sol pour développer la circulation de la force dans les arts martiaux. 

Il a été aussi découvert qu’en plus du développement de la force, Zhan Zhuang avait de nombreux bienfaits pour la santé. C’est pourquoi, la posture de l’arbre est aujourd’hui vantée dans les milieux du Qi gong et du Taichi.

Zhan Zhuang, ça va m'apporter quoi ?

Dès lors que vous vous intéressez à la manière de bien exécuter une posture d’enracinement, vous créez dans votre cerveau un chemin neuronal qui vous permet d’avoir conscience de votre corps. Ainsi, quand celui-ci vous enverra des signaux, vous serez attentif à ses besoins. Vous aurez aussi une bonne « cartographie » de votre corps. 

Les arts martiaux traditionnels ont effectivement cette réputation qui durent depuis des siècles : quand on fait des arts martiaux en conscience, on est en meilleure santé.

Cela va de soi lorsqu’on écoute le corps, qu’on le travaille, qu’on le modèle, qu’on en prend soin. 

Muscles et tendons, os et ligaments, appareils respiratoire, digestif, système nerveux, tous les domaines du corps humain sont abordés dans les séances d’enracinement Zhan Zhuang. 

L’autodiscipline est probablement ce qui nous donne le plus de fil à retordre dans cette société consumériste et court termiste.

Pourquoi ? Parce que pour atteindre un bon niveau dans n’importe quel domaine, il faut faire des efforts. 

Peu sont ceux qui y arrivent vraiment. Mais il existe une loi naturelle : aide-toi, le ciel t’aidera.

Pour ne citer que ça, le confort et les solutions de facilité sont les ennemis directs de l’autodiscipline. Je vais être franc avec vous, si vous désirez une discipline confortable pour atteindre un bon résultat, vous ne progresserez jamais et serez frustré(e) même après avoir essayé. 

De part la difficulté de certains exercices, les arts martiaux traditionnels développent votre volonté, votre endurance (mentale et physique) et votre concentration.

Un esprit sain dans un corps sain. Cette phrase est un des objectifs principaux des méthodes Zhan Zhuang.

L’enracinement vous permet de vous dompter pour devenir une meilleure personne. Nous avons même une expression française : « être bien dans ses baskets. »

Vous avez compris le lien avec l’enracinement.

Le monde a besoin de meilleures personnes et désormais, vous êtes dans la liste des candidats à cette formidable mission qu’est de changer le monde en lui donnant de l’optimisme.

Tout pratiquant d’arts martiaux le sait : si vous n’avez pas de bons appuis, vous n’avez alors qu’une liste de mouvements chorégraphiés dont l’efficacité vous échappe.

L’artiste martial développe sa force non seulement grâce à une bonne santé et un bon conditionnement physique, mais aussi et surtout grâce à son contact avec le sol. 

Demandez donc à un astronaute quelle force peut-il développer par lui-même lorsqu’il est en apesanteur !

En outre, qui dit développement de la force de frappe, dit également résistance aux coups ; ces 2 capacités étant intrinsèquement liées.

Pour commencer

Depuis 2008, je vis à Shanghai et je pratique le Neijiaquan. Ça veut simplement dire art martial interne en chinois.

Le centre névralgique de ce style commence par l’exercice postural d’ancrage au sol, Zhan Zhuang.

Les nombreuses postures de ce style relient arts martiaux et Qigong. Il n’est donc pas étonnant de voir qu’un peu partout en France et ailleurs, on entende parler de la posture de l’arbre de plus en plus.

Comme je l’étudie depuis des années, je mets à votre disposition mon savoir sur ce blog, qui se manifeste par des articles, des vidéos, des cours sur-mesure si besoin. 

Vous pouvez d’ailleurs en télécharger un échantillon gratuit en cliquant sur le bouton vert ci-dessous.

Comme ça, vous aurez une idée plus précise de cette merveilleuse méthode d’enracinement qu’on appelle Zhan Zhuang.

Pour continuer

Sachez que Ciel et Mont dispose aussi de tout un réseau sur Internet dont voici les parties les plus importantes : 

Bienvenue sur le réseau Ciel et Mont, on mérite tous un monde meilleur et la solution que je vous propose vient directement des arts martiaux traditionnels chinois. 

Respect et salutations.